Qu’est-ce que le travail pour nous ?

Est-ce simplement ce qu’il nous faut faire pour passer dans la classe supérieure, pour avoir le bac, pour être reçues à notre examen de fac ?

Est-ce aussi l’aide que nous apportons à nos parents sur le plan familial ?

Est-ce encore le travail que nous fournissons de temps en temps pour gagner un peu d’argent ?

Considérons-nous comme travail, les obligations que nous avons librement choisies et que nous devons assumer ?

Par exemple : Nous pratiquons le violon et nous devons y consacrer une heure par jour ; nous sommes guide-aînée et nous avons pris un engagement de service ; nous avons des sorties feu auxquelles nous devons participer et que nous devons préparer.

Pas facile de tracer la frontière entre travail et loisirs en ce qui concerne certaines activités.

De toutes façons, il y a une notion de devoir dans le travail, même si nous aimons les études, mêmes si nous trouvons de l’attrait à certaines tâches ménagères, même si nous avons accepté volontairement et avec plaisir de faire de la musique, d’être guide-aînée, de servir.

« Un employé de bureau peut n’être qu’un affreux petit bourgeois sous-moyen, abruti de bureaucratie et obnubilé par son avancement et l’espoir de sa retraite. Mais, s’il en a le cœur, il peut lui aussi sur son pauvre navire lourd de paperasses et de routine, marcher à l’Etoile. » Guy de Larigaudie.

Laisser un commentaire