Songeons à notre orientation future

 .way.jpg

 Réfléchissons bien !

Si nous avons une véritable vocation qui correspond à nos aspirations et à nos dons… bravo… mais réfléchissons quand même. N’oublions pas que l’attrait pour une discipline peut nous conduire à des études qui débouchent majoritairement sur un métier qui ne nous tentera pas.Exemple : en histoire, la plupart des débouchés nous mènent vers l’enseignement. Si j’aime l’histoire mais que je suis sûre de ne pas vouloir enseigner, dois-je vraiment m’inscrire dans une fac d’histoire ?

Choisissons aussi en sachant que nous ne pourrons pas gagner sur tous les tableaux ! Les salaires de l’ingénieur et les vacances de l’enseignant, l’intérêt du métier de médecin et la certitude des horaires fixes !

Soyons réalistes.

Ne nous mésestimons pas non plus : cherchons notre voie avec réalisme mais aussi avec la certitude qu’il y a une orientation qui correspond à nos goûts, nos aptitudes et dans laquelle nous nous épanouirons.

Certaines études nous attirent ainsi que des métiers, mais ces métiers sont-ils compatibles avec la vie d’une mère de famille ?

Il faut y réfléchir.

Et surtout ne disons pas : Je ne rêve que de fonder un foyer et d’avoir plusieurs enfants. Alors à quoi bon avoir un métier ; il suffit d’avoir une petite formation même si cette dernière ne me plait que médiocrement. Erreur ! Nous ne savons pas ce que la vie nous réserve. Peut-être serons-nous célibataires ? Peut-être notre mari sera-t-il atteint par le chômage ou aura-t-il un accroc de santé ? Il faut pouvoir faire face ! et avoir acquis une formation qui de préférence nous plaît et nous épanouit.

Laisser un commentaire