« La guide est faite pour servir et sauver son prochain »

Voici la réflexion de notre cheftaine de groupe, qui a prononcé sa promesse lors du dernier week-end guîde.

L’article de la loi qu’elle avait choisi était :

«  La guide est faite pour servir et sauver son prochain ».

 

J’ai choisi cet article car, il me semble que l’esprit de  service est vraiment indissociable de la vie du scoute.  Les guides, les scouts, mais aussi les louvettes et les louveteaux doivent avoir en tête que par leur engagement scout, ils se mettent au service des autres. 

Monsieur l’abbé me faisait remarquer, le verbe : « est faite » ce qui engendre une certaine obligation de service, on aurait pu écrire « doit rendre service» mais non, ce n’est pas une nécessité nouvelle du fait de l’engagement mais une nouvelle nature, que la guide doit faire vivre en elle ! Et comme le dit aussi le principe, « le devoir de la guide commence à la maison », le service est dans la vie quotidienne, dans les petites tâches de chaque jour, dans le rapport à l’autre, amis mais aussi frères, sœurs et parents. 

Les parents ont aussi un grand rôle à jouer, ils ont choisi d’ajouter à l’éducation qu’ils donnent à leurs enfants, la pédagogie scoute ! Ils se doivent alors, autant que faire ce peut, se mettre à la disposition des autres, et c’est pour cela que je suis ici ! 

Dès que la possibilité de me mettre au service du scoutisme m’a été donné, mon devoir était de prendre ce service et d’aller jusqu’au bout de ce que je pouvais donner. Mais il faut parfois savoir refuser un service lorsque l’on sait que l’on ne pourra pas tenir ses engagements ! 

On n’en sera que plus heureux de l’accepter un peu plus tard. Pour la deuxième partie de la phrase, «  sauver son prochain », on peut comprendre le mot « sauver » de deux façons différentes… 

Bien évidemment le fait de sauver, matériellement et concrètement son prochain est le sens le plus simple et qui est peut-être le plus facile à appliquer (en fonction des circonstances bien sûr). Le deuxième sens fut celui que le Père Sevin a bien développé en donnant au scoutisme français sa spécificité, en ajoutant à la théorie de Baden-Powell (anglican) sa touche catholique ! 

Pour le Père Sevin par le scoutisme les jeunes peuvent développer le sens du sacré, l’esprit de contemplation,  découvrir et comprendre l’œuvre de Dieu. Le scoutisme se met à la disposition des jeunes (du plus petits aux plus âgés) pour les aider à vivre une vie religieuse bien appropriée ! 

C’est donc une grande chance pour chaque scout, chaque guide, chaque louvette ou louveteau de recevoir cet héritage et c’est de notre devoir d’en faire profiter notre prochain ! « Sauver son prochain » c’est donc savoir écouter et montrer l’exemple pour  guider l’autre sur le chemin de la sainteté. 

Il faut savoir semer sans attendre forcément de récolte, c’est à travers nos actions et la parole divine que nous pouvons essayer de servir de guide ! 

Il faut bien garder en mémoire le texte de la Promesse dans le livre de Lézard, par notre Promesse nous promettons de faire tout  notre possible, de notre mieux et non de ne jamais faillir … 

L’Espérance nous guide, le scoutisme nous aide, notre Foi est un atout essentiel à ne pas négliger et à savoir partager! 

Laisser un commentaire