• Accueil
  • > Topos
  • > Lettre à un jeune qui veut jouer avec l’amour

Lettre à un jeune qui veut jouer avec l’amour

Cette semaine, je vous propose trois lettres de Dominique Morin que m’a fait passer MC.  

« Dominique Morin m’a demandé de diffuser ce témoignage auprès des jeunes. Après avoir mené une vie dépravée, il s’est converti. Voulant se marier, il a découvert qu’il était malade du sida et a renoncé à se marier, pour le bien de celle qu’il aimait. Il est donc devenu oblat et passe son temps à témoigner dans des écoles, des aumôneries, etc. pour expliquer aux jeunes ce qu’est l’amour vrai.
Je l’ai entendu deux fois et je dois dire qu’on est ’scotché’ par ce qu’il raconte. Et malgré la maladie qui le fait souffrir (il a un visage squelettique), il arrive encore à parler aux jeunes avec toute la force de son expérience et avec le soutien de la prière. « 
 

A diffuser largement donc !     

   

Lettre à un jeune qui veut jouer avec l’amour.

« Adolescent, j’ai joué à l’amour avec des filles. Je n’en ai aimé et respecté aucune, j’ai surtout joui égoïstement et vite cessé de croire en l’amour. Je me suis un jour converti, changeant de comportements. J’ai ainsi retrouvé la foi dans l’amour à travers de véritables amitiés avec des femmes catholiques sans convoitise sexuelle grâce à la chasteté. Je voulais me marier avec une amie que j’aime toujours quand j’ai découvert que j’avais contracté le sida dans ces années de débauche. J’ai alors choisi raisonnablement de renoncer au mariage. 

Quand on me parle de prévention, je vois désormais plus loin que le sida. Jouant sans accepter de règles avec l’amour, j’ai perdu mes capacités de fécondité, de don de soi nécessaires pour construire ma vie avec la personne que j’aime. A qui pourrais-je souhaiter ce malheur, sans même parler du sida? Le vagabondage sexuel et les pratiques contre nature propagent le sida, le préservatif n’incite pas à s’en éloigner mais juste à en limiter les risques. Est-ce une prévention sérieuse? Au lieu de réduire l’amour à un jeu dangereux, pensez plutôt à fonder vos relations sur de solides amitiés. L’avenir c’est déjà demain! Enfermés dans des relations décevantes qui ne tiennent pas leurs promesses, passant d’un partenaire à l’autre, vous blessez vos cœurs et vos corps. L’amour libre est une illusion mortelle. Regardez toutes ses victimes et ajoutez-y celle de l’avortement où mènent parfois préservatifs et contraceptifs, montrant ainsi leurs limites. 

Ce que l’Eglise nous propose, c’est de rendre l’amour porteur de joie et de paix en l’ouvrant à la vie par l’exigence de la vérité et de la justice. A cause du sida, je ne peux me donner totalement à la femme que j’aime sans lui faire courir un risque. La seule vérité du sida, c’est le mensonge, la peur et la solitude au bout du chemin. Ne parler aux jeunes que de prendre du plaisir sans aimer en courant des risques est la conclusion logique d’une société qui ne leur parle plus de la fécondité du véritable amour. La chasteté, maîtrise joyeuse de sa sexualité, permet de ne pas la subir ni la faire subir à d’autres. La véritable liberté est un chemin ou amour ne rime pas avec peur et déception solitaire mais avec confiance et joie partagée.  Sans avoir besoin pour cela d’être catholique, faire rimer amour avec méfiance et peur caché derrière le préservatif, est profondément malsain. Si vous voulez du plaisir, prenez vos risques, vos précautions et bonne chance! Mais je ne vous encouragerais dans cette médiocre dérision de l’amour. L’amour n’apporte que paix et joie si on le respecte. Vous et tous les adolescents à qui on ment avez le droit de le savoir avant de choisir librement votre voie. Quand je sautais en parachute, si on m’avait averti que la voile que j’allais utiliser était abîmé mais qu’il y avait peu de risque qu’elle se déchire en vol, qu’aurais-je choisi? Le plaisir du saut très puissant d’un côté, le risque minime, mais j’aurais préféré rester au sol. Aucun plaisir ne mérite d’y laisser sa vie. Avec le préservatif, on vous cache que le risque existe à chaque fois et qu’un jour ça peut être pour vous. De nombreux témoignages d’échec par des personnes concernées m’ont montré les limites de cette prévention. Finalement qui sont les inconscients? Ceux qui vous laissent prendre des risques en vous préparant l’enfer ou ceux qui vous invitent à réfléchir à l’amour et à ne pas le réduire à un risque. Plutôt que de cacher ou déformer le discours catholique, n’avez-vous pas le droit de savoir toute la vérité avant de courir des risques que vous seul finalement aurez à assumer? L’Eglise a toujours un discours raisonnable et réaliste, ne cherchant pas à s’adapter à l’évolution des mœurs qui s’impose, aux jeunes qui veulent suivre leurs désirs. Elle rappelle à temps et à contretemps qu’on ne peut se moquer de l’amour sans risque mortel pour notre corps, notre cœur et notre âme. Elle voit le bien des âmes avant la satisfaction des désirs. Cette exigence est une promesse qui vous donnera les moyens d’accéder au véritable bonheur. 

Choisissez la liberté d’aimer dans la confiance et la vérité qui va vers la vie plutôt que la recherche de plaisir à tout prix qui mène au mensonge et à la mort. « 

Dominique Morin. 

Laisser un commentaire