Femmes pour L’aimer [6]

Jour 2: la contemplation de l’amour divin.  

La prière contemplative n’est pas le fruit d’une technique, mais elle est un don à accueillir. Sainte Jeanne de Chantal disait : « La meilleure méthode d’oraison c’est de ne pas en avoir, car l’oraison ne s’obtient pas par artifice mais par grâce. »

Dieu se donne librement et gratuitement à l’homme. Sainte Thérèse d’Avila affirmait que « tout l’édifice de l’oraison est fondé sur l’humilité. » c’est à dire que la conviction que de nous-mêmes nous ne pouvons rien mais que c’est Dieu et lui seul qui peut produire en notre vie un bien quelconque.

L’appel à l’oraison, à la vie mystique, à l’union à Dieu dans la prière est aussi universel que l’appel à la sainteté, parce que l’un ne va pas sans l’autre.

La foi et la confiance sont les bases de l’oraison. La vie d’oraison comporte une part de combat, et dans ce combat l’arme essentielle est la foi.

Dieu est présent, Dieu est là auprès de nous, nous regarde et mous aime. Il est là, non pas parce que nous le méritons ou le sentons, Il est là parce qu’Il l’a promis.
« Celui qui vient à moi, je ne le jettera pas dehors. » (Jn 6,37).

Nous devons croire que nous sommes tous appelés à rencontrer Dieu dans la prière et que Dieu donne la grâce nécessaire pour cela.

L’oraison est source d’une infinité de biens. Elle nous transforme intimement, nous sanctifie, nous guérit, nous fait connaître et aimer Dieu, nous rends fervents et généreux dans l’amour du prochain.

« Demandez et l’on vous donnera ; cherchez et vous trouverez ; frappez et l’on vous ouvrira. Car quiconque demande reçoit, qui cherche trouve, et à qui frappe ou ouvrira. » (Lc 11, 9-10)

Qui persévère dans la confiance recevra infiniment plus que ce qu’il ose demander ou espérer.

On doit prier non pour se rechercher soi-même, pour se faire plaisir, mais pour faire plaisir à Dieu.

Laisser un commentaire