Angélus à Randwick – JMJ 2008

 

  Ce dimanche, je vous propose le texte de Benoît XVI, lors de l’Angélus à Randwick.

Bonne lecture !

b16sidney.jpg

Saluto di cuore i giovani di lingua italiana, ed estendo il mio affettuoso pensiero a quanti sono originari dell’Italia e vivono in Australia. Al termine di questa straordinaria esperienza di Chiesa, che ci ha fatto vivere una rinnovata Pentecoste, tornate a casa rinvigoriti dalla forza dello Spirito Santo. Siate testimoni di Cristo risorto, speranza dei giovani e dell’intera famiglia umana!

Chers jeunes francophones, l’Esprit Saint est la source du message de Jésus-Christ et de son action salvifique. Il parle au cœur de chacun le langage qu’il comprend. La diversité des dons de l’Esprit vous fait comprendre la richesse de grâces qui est en Dieu. Puissiez-vous vous ouvrir à son souffle ! Puissiez-vous permettre son action en vous et autour de vous ! Vous vivrez ainsi en Dieu et vous témoignerez que le Christ est le Sauveur que le monde espère.

Auch euch, liebe junge Freunde deutscher Sprache, gilt mein herzlicher Gruß. Der Heilige Geist ist ein Geist der Gemeinschaft und wirkt Verständigung und Kommunikation. Sprecht mit anderen über eure Hoffnungen und Ideale, und sprecht von Gott und mit Gott! Glücklich ist der Mensch, der in der Liebe Gottes und in der Liebe zum Nächsten lebt. Gottes Geist führe euch auf Wegen des Friedens!

Queridos jóvenes, en Cristo se cumplen todas las promesas de salvación verdadera para la humanidad. Él tiene para cada uno de vosotros un proyecto de amor en el que se encuentra el sentido y la plenitud de la vida, y espera de todos vosotros que hagáis fructificar los dones que os ha dado, siendo sus testigos de palabra y con el propio ejemplo. No lo defraudéis.

Amados jovens de língua portuguesa, queridos amigos em Cristo! Sabeis que Jesus não vos quer sozinhos; disse Ele: «Eu rogarei ao Pai e Ele vos dará outro Consolador para estar convosco para sempre, o Espírito da verdade (…) que vós conheceis, porque habita convosco e está em vós» (Jo 14, 16-17). É verdade! Sobre vós desceu uma língua de fogo do Pentecostes: é a vossa marca de cristãos. Mas não foi para a guardardes só para vós, porque «a manifestação do Espírito é dada a cada um para proveito comum» (1 Cor 12, 7). Levai este Fogo santo a todos os cantos da terra. Nada e ninguém O poderá apagar, porque desceu do céu. Tal é a vossa força, caros jovens amigos! Por isso, vivei do Espírito e para o Espírito!

Mes biens chers jeunes,
Dans la belle prière que nous sommes sur le point de réciter, nous méditons sur Marie jeune femme quand elle reçut l’appel de Dieu à Lui consacrer sa vie d’une manière très particulière, d’une manière qui allait impliquer le don généreux d’elle-même, de sa féminité, de sa maternité. Imaginez ce qu’elle dût ressentir. Elle fut remplie d’appréhension, complètement bouleversée par la perspective offerte à elle.

L’ange comprit son anxiété et chercha immédiatement à la rassurer. « Sois sans crainte, Marie ; […] L’Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre […] » (Luc 1,30 ; 35). C’est l’Esprit qui lui donna la force et le courage de répondre à l’appel de Dieu. C’est l’Esprit qui l’aida à comprendre le grand mystère qui allait s’accomplir par elle. C’est l’Esprit qui l’enveloppa de son amour et lui permis de concevoir le Fils de Dieu en son sein.

Cet épisode constitue sans doute un pivot dans l’histoire de la relation de Dieu avec son peuple. Tout au long de l’Ancien Testament, Dieu se révéla partiellement, graduellement, comme nous le faisons tous dans nos relations personnelles. Cela prend du temps d’apprendre à connaître et à aimer une autre personne. Cela prit du temps au peuple élu d’approfondir sa relation avec Dieu. L’Alliance avec Israël fut comme un long temps de fiançailles. Puis vint le moment définitif, le moment du mariage, l’établissement d’une nouvelle alliance éternelle. À cet instant, Marie debout devant le Seigneur représentait toute l’humanité. Dans le message de l’ange, c’était comme si Dieu demandait en mariage la race humaine. Et en notre nom, Marie dit oui.

Dans les contes de fées, l’histoire se termine là et tous « vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants ». Dans la réalité, ce n’est pas si simple. Pour Marie, nombreuses furent les difficultés qui l’attendaient comme conséquence de son « oui » donné au Seigneur. Siméon prophétisa qu’une épée transpercerait son cœur. Quand Jésus avait douze ans, elle vécut le pire cauchemar que des parents puissent vivre lorsque son enfant resta introuvable pendant trois jours. Et après sa vie publique, elle souffrit l’agonie d’être témoin de sa crucifixion et de sa mort. Dans les épreuves, elle resta fidèle à sa promesse, soutenue par l’Esprit de courage. Et elle fut glorieusement récompensée.

Chers jeunes, nous aussi devons rester fidèles au « oui » que nous avons donné en répondant à l’offre d’amitié du Seigneur. Nous savons qu’Il ne nous abandonnera jamais. Nous savons qu’Il nous soutiendra toujours par les dons de l’Esprit. Marie accepta la demande du Seigneur en notre nom. Tournons-nous donc vers elle et demandons-lui de nous guider quand nous luttons pour rester fidèles à la relation vitale que Dieu a établie avec chacun de nous. Elle est notre exemple et notre inspiration, elle intercède pour nous auprès de son Fils et, de son amour maternel, elle nous protège du mal.

Laisser un commentaire