Epitre aux Romains

Chapitre 2 (suite et fin) 

Hypocrisie, hypocrisie de celui qui sait donner des leçons mais ne se maîtrise pas lui-même! Ce passage me rapelle une phrase de Gustave Mahler (inconnu pour moi): « Il n’y a qu’un seul moyen d’enseigner, c’est de montrer l’exemple » .

 17 Toi qui portes le nom de Juif, qui te reposes sur la Loi, qui te glorifies en Dieu, qui connais sa volonté, qui sais discerner ce qu’il y a de meilleur, instruit que tu es par la Loi; toi qui te flattes d’être le guide des aveugles, la lumière de ceux qui sont dans les ténèbres, le docteur des ignorants, le maître des enfants, ayant dans la Loi la règle de la science et de la vérité: - toi donc qui enseignes les autres, tu ne t’enseignes pas toi-même! Toi qui prêches de ne pas dérober, tu dérobes! Toi qui défends de commettre l’adultère, tu commets l’adultère! Toi qui as les idoles en abomination, tu profanes le temple! Toi qui te fais une gloire d’avoir une loi, tu déshonores Dieu en la transgressant! Car  » le nom de Dieu est blasphémé à cause de vous parmi les nations « , comme dit l’Ecriture. La circoncision est utile, il est vrai, si tu observes la Loi; mais si tu transgresses la Loi, tu n’es pas plus, avec ta circoncision, qu’un incirconcis. Si donc l’incirconcis observe les préceptes de la Loi, son incirconcision ne sera-t-elle pas réputée circoncision? Bien plus, l’homme incirconcis de naissance, s’il observe la Loi, te jugera, toi qui, avec la lettre de la Loi et la circoncision, transgresses la Loi. Le vrai Juif, ce n’est pas celui qui l’est au dehors, et la vraie circoncision, ce n’est pas celle qui paraît dans la chair. Mais le Juif, c’est celui qui l’est intérieurement, et la circoncision, c’est celle du coeur, dans l’esprit, et non dans la lettre: ce Juif aura sa louange, non des hommes, mais de Dieu.

Laisser un commentaire