La vie d’oraison [1]

Voici notre nouveau topo et nos réflexions pour le mois de décembre:   

- La vie d’oraison -

Nouer une relation profonde et durable avec Dieu, n’est-ce-pas là le désir de beaucoup de nos contemporains ?

A la dernière page de son dernier carnet, Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus demande à Jésus de l’attirer dans son amour, comme la limaille de fer est attirée par l’aimant. Puis, méditant l’évangile de Marthe et Marie, elle admire Marie aux pieds du Seigneur qui « écoute sa parole douce et enflammée. »

Thérèse note : « (Cela) tous les saints l’ont compris et peut-être plus particulièrement ceux qui remplirent l’univers de l’illumination de la doctrine évangélique. N’est-ce-pas dans l’oraison que les saints Paul, Augustin, Jean de la Croix, Thomas d’Aquin, François, Dominique et tant d’autres illustres amis de Dieu ont puisé cette science divine qui ravit les plus grands génies ? »

C’est la prière qui leur a permis de faire de grandes choses.
« Le Tout-Puissant  a donné pour point d’appui : LUI-MÊME ET LUI SEUL. Pour levier : l’oraison (qui embrase d’amour) ; et c’est ainsi qu’ils ont soulevé le monde. C’est ainsi que les saints encore militants le soulèvent et que jusqu’à la fin du monde les saints à venir le soulèveront aussi. »

Jusqu’à son dernier souffle, Sainte Thérèse aussi à rêvé de soulever le monde. N’est-ce pas le rêve de la jeunesse de changer le monde ?

Nous devons être de ces jeunes qui veulent changer le monde !

Laisser un commentaire