L’existence de Dieu [13]

3/Dieu, nécessaire en soi

“La troisième voie se prend du possible et du nécessaire.
Parmi les choses, nous en trouvons qui peuvent être et ne pas être : la preuve, c’est que certaines choses s’engendrent et se corrompent, et par conséquent sont et ne sont pas. Mais il est impossible que tout soit de telle nature ; car ce qui peut n’être pas, une fois ou l’autre n’est pas. Si donc tout peut n’être pas, à une époque donnée il n’y eut rien dans les choses.

Or, s’il en était ainsi, maintenant encore rien ne serait ; car ce qui n’est pas ne commence d’être que par quelque chose qui est. Si donc alors nul être ne fut, il y eut impossibilité que rien commençât d’être, et ainsi, aujourd’hui, il n’y aurait rien, ce qu’on voit être faux. Donc, tous les êtres ne sont pas uniquement possibles, et il y a du nécessaire dans les choses. Or, tout ce qui est nécessaire, ou bien tire sa nécessité d’ailleurs, ou bien non.

Et il n’est pas possible d’aller à l’infini dans la série des nécessaires ayant une cause de leur nécessité, pas plus qu il ne l’est quand il s’agit des causes efficientes comme on l’a prouvé.

On est donc contraint de supposer quelque chose qui soit nécessaire par soi-même, ne prenant pas ailleurs la cause de sa nécessité, mais fournissant leur cause de nécessité aux autres nécessaires. “

EN FAIT :  Si on considère vrai que : Tous les êtres peuvent ne pas exister. Sachant que rien de ce qui peut ne pas exister ne peut durer éternellement, c’est-à-dire que tout ce qui peut ne pas exister, à un certain moment, n’existait pas. On doit en déduire que TOUS les êtres, à un certain moment, n’existaient pas. Mais s’ils n’existaient à un certain moment, alors il ne devrait rien exister maintenant ! Ce qui est absurde. Il faut donc que la première prémisse soit fausse : Il y a donc (au moins) un être dont l’existence est nécessaire.

Laisser un commentaire