Archive pour mai 2009

Que Votre règne arrive

Vendredi 29 mai 2009

 

Et vous… avec qui marchez-vous ce ouiquande ?

 .

Chartres 09

La vie d’oraison [9]

Jeudi 28 mai 2009

 

A lire !

Le commentaire de notre abbé sur l’oraison,

c’est ici :

http://feubnxmtheresa.unblog.fr/2008/12/20/la-vie-doraison-8/#comment-340

petite citation à méditer [23]

Mercredi 27 mai 2009

De bonnes paroles peuvent être brèves et faciles à dire mais leur écho est véritablement éternel.

Mère Térésa

Etre apôtre, comment ? [2]

Samedi 23 mai 2009

Bnx Charles de Foucauld,

lettre à Louis Massignon,

Tamanrasset, 1er août 1916

 charlesdefoucauldcoeur.jpg

.

Pensez beaucoup aux autres, priez beaucoup pour les autres.
Vous dévouer au salut du prochain par les moyens en votre pouvoir, prière, bonté, exemple, etc… c’est le meilleur moyen de prouver à l’Epoux divin que vous l’aimez : « Tout ce que vous faites à un de ces petits, c’est à moi que vous le faites »…
L’aumône matérielle qu’on fait à un pauvre, c’est au créateur de l’Univers qu’on la fait, le bien qu’on fait à l’âme d’un pécheur, c’est à la pureté incréée qu’on le fait… Dieu a voulu qu’il en fût ainsi pour donner à cette charité envers le prochain dont il a fait le deuxième devoir « semblable au premier » une véritable similitude avec ce premier de l’amour de Dieu… Il n’y a pas, je crois, de parole de l’Evangile qui ait fait sur moi une plus profonde impression et transformé davantage ma vie que celle-ci : « Tout ce que vous faites à un de ces petits, c’est à moi que vous le faites ». Si on songe que ces paroles sont celles de la Vérité incréée, celles de la bouche qui a dit « Ceci est mon corps… Ceci est mon sang », avec quelle force on est porté à chercher et à aimer Jésus dans ces « petits », ces pécheurs, ces pauvres, portant tous ses moyens matériels vers le soulagement des misères temporelles…

Petite citation à méditer [21]

Dimanche 17 mai 2009

untitled.bmp 

« Ne vous imaginez pas que l’Amour, pour être vrai, doit être extraordinaire ».   


Mère Térésa

Etre Apôtre… comment ? [1]

Samedi 16 mai 2009

« Etre Apôtre… comment ? »

Bienheureux Charles de Foucauld,

lettre à Joseph Hours, Assekrem,

le 3 mai 1912

 Monsieur,

 Je reçois votre lettre, qui me dit, sur le besoin qu’a partout, en France comme en pays de missions, l’œuvre ecclésiastique d’être renforcée d’une œuvre laïque, des choses bien vraies – que je pense moi-même depuis longtemps… Comme vous le dites, les mondes ecclésiastiques et laïcs s’ignorent tellement que le premier ne peut donner à l’autre.
 Il est certain qu’à côté des prêtres, il faut des Priscille et des Aquila, voyant ceux que le prêtre ne voit pas, pénétrant où il ne peut pénétrer, allant à ceux qui le fuient, évangélisant par un contact bienfaisant, une bonté débordante sur tous, une affection toujours prête à se donner, un bon exemple attirant ceux qui tournent le dos au prêtre et lui sont hostiles de parti pris. […]

 La charité, qui est le fond de la religion (« le premier devoir est d’aimer Dieu, le deuxième, semblable au premier, est d’aimer son prochain comme soi-même »), oblige tout chrétien à aimer le prochain, c’est-à-dire tout humain, comme soi-même, et par conséquent à faire du salut du prochain, comme de son propre salut, la grande affaire de sa vie. Tout chrétien doit donc être apôtre : ce n’est pas un conseil, c’est un commandement, le commandement de la charité.

 Être apôtre, par quel moyen ? Par ceux que Dieu met à sa disposition : les prêtres ont leurs supérieurs qui leur disent ce qu’ils doivent faire…Les laïcs doivent être apôtres envers tous ceux qu’ils peuvent atteindre : leurs proches et leurs amis d’abord, mais non eux seuls, la charité n’a rien d’étroit, elle embrasse tous ceux qu’embrasse le Cœur de Jésus.

 Par quels moyens ? Par les meilleurs, étant donnés ceux auxquels ils s’adressent : avec tous ceux avec qui ils sont en rapport sans exception, par la bonté, la tendresse, l’affection fraternelle, l’exemple de la vertu, par l’humilité et la douceur toujours attrayantes et si chrétiennes ; avec certains sans leur dire jamais un mot de Dieu ni de la religion, patientant comme Dieu patiente, étant bon comme Dieu est bon, aimant, étant un tendre frère et priant ; avec d’autres en parlant de Dieu dans la mesure qu’ils peuvent le porter ; dès qu’ils en sont à la pensée de rechercher la vérité par l’étude de la religion, en les mettant en rapport avec un prêtre très bien choisi et capable de leur faire du bien… Surtout voir en tout humain un frère.

Etats généraux de la Bioéthique [2]

Vendredi 15 mai 2009

 

Je me fais l’écho du commentaire de Baz sur l’article précédent.

L’ocasion d’entendre les débats, mais aussi d’apporter notre pierre ! 

 

L’alliance pour les droits de la vie organise une tournée bioéthique “réconcilions a biomédecine et la vie”. Elle donne ainsi la parole à de grands témoins du respect de la vie.
Venez les écouter et participer au débat des Etats généraux de la bioéthique dont la conclusion est annoncée pour le 23 juin 2009. (entrée libre et sans réservation)

 

Toulouse
15 mai 20h30
Centre de Congrès Pierre Baudis
Salle Cassiopée
11 esplanade Compans Caffarelli

Lyon
18 mai 20h30
Hôtel Sofitel Bellecour
20 quai Gailleton

Grenoble 19 mai 20h30
Espace St Martin
93 cours Berriat,

Nantes 25 mai 20h30
Cité Internationale des Congrès de Nantes Métropole
5 rue Valmy

Paris 26 mai 20h30
Palais des Congrès
Porte Maillot

Paris 17ème

Métro : Porte Maillot

Strasbourg
27 mai 20h30
Palais de la Musique et des Congrès
Entrée Erasme
Place de Bordeaux

J’ai pu assiter à la première conférence à Lille; les interventions, les reportages montrés et les questions posés étaient pertinentes, justes, et humaines; je vous invite fortement à vous y rendre!!
N’hésitez pas à y inviter des personnes tout-venant, c’est accessible à tous.

pour plus d’information:

http://http://www.adv.org/lactualite-de-lalliance/etats-generaux-de-la-bioethique/tournee-bioethique-le-programme/

Etats généraux de la bioéthique

Jeudi 14 mai 2009

Les Etats généraux de la bioéthique qui ont été lancés le mercredi 4 février 2009 et devront se conclure fin juin, constituent une étape participative préalable à la seconde révision des lois de bioéthique, dont le processus est annoncé pour la fin de l’année. L’Alliance pour les Droits de la Vie est fortement impliquée dans ce débat citoyen. Elle entend y apporter sa pierre au service des convictions qui l’animent : le respect de l’intégrité et de la dignité de tout être humain, de sa conception à sa mort naturelle. Ce principe doit être concilié avec l’écoute des souffrances qui sont sous-jacentes au débat bioéthique : infertilité, handicap, maladie génétique…Pour l’Alliance, le véritable progrès scientifique doit à l’évidence respecter toute l’humanité.
 
Un Appel Bioéthique est lancé au président de la République et à M. Jean Leonetti, président du comité de pilotage des Etats généraux de la bioéthique.
 
Les signataires de cet Appel Bioéthique souhaitent apporter leur contribution au grand débat citoyen des Etats généraux de la bioéthique. Ils expriment solennellement 4 demandes qu’ils considèrent comme urgentes et essentielles pour la paix sociale et le respect des droits de l’homme.
 
Vous pouvez signer cet appel sur
http://www.adv.org/lactualite-de-lalliance/campagnes-de-lalliance/appel-bioethique/
 
 Cet appel demande de:

1.Préserver le sens de la maternité qui est d’accueillir la vie
L’accompagnement des grossesses doit protéger la maternité pour qu’elle reste une réalité naturelle et épanouissante, centrée sur l’accueil de la vie.
Pourquoi multiplier les examens angoissants, visant à traquer les anomalies du foetus qu’on n’envisage pas de soigner ?
Les diagnostics médicaux précoces doivent avoir comme objectifs de prendre soin de la mère et de son enfant et de préparer l’accueil des nouveau-nés, spécialement ceux qui ont un handicap ou une maladie.

2. Stopper l’escalade vers le bébé zéro défaut
Avec l’explosion des investigations prénatales et du diagnostic préimplantatoire, la naissance d’enfants sans défaut tend à devenir une exigence : comme si certaines vies avaient moins de valeur que d’autres.
Au lieu d’empêcher de naître les personnes handicapées déjà conçues, la société doit les aider à y prendre leur place et soutenir leurs familles.

3. Donner la priorité au droit de l’enfant sur le droit à l’enfant
La souffrance des personnes confrontées à l’infertilité doit être écoutée, mais elle ne légitime pas des modes de procréation contraires aux droits et à l’intérêt des enfants.
Un enfant a besoin de ne pas être privé délibérément d’un père ou d’une mère. Les moyens artificiels ne peuvent donc pas justifier qu’on le prive de son origine biologique ou qu’on lui impose deux pères ou deux mères.
De même, le système des mères porteuses est injuste car il programme, avant la conception, la rupture entre un enfant et celle qui l’enfantera.

4. Soutenir la recherche qui respecte l’embryon humain
L’embryon humain ne peut pas être traité comme un objet. Il n’est pas juste de congeler des embryons humains vivants. Il n’est pas juste de les utiliser pour des expérimentations ou des modes de procréation impliquant leur destruction.
Les moyens financiers doivent aller aux recherches thérapeutiques respectant les droits de l’homme : sang du cordon ombilical, cellules-souches adultes… C’est le moment de décréter un moratoire en faveur de l’embryon humain, autrement dit d’arrêter de le congeler et de l’utiliser comme matériel de laboratoire.
 
A la suite de beaucoup, faites entendre votre voix!

Amicalement, et en union de Prières !
+Pro Vie+

Petite citation à méditer [20]

Mercredi 13 mai 2009

« Je passerai mon ciel à faire du bien sur la terre ».

Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus.

méditation

Mardi 12 mai 2009

« Bien avant l’aube, Jésus se leva, sortit, et alla dans un endroit désert.

Là, il priait »

Jésus lui-même, Dieu et Seigneur, dont la force n’avait pas besoin d’un appui dans la retraite, ni n’était entravée par la société des hommes, a eu soin pourtant de nous laisser un exemple. Avant son ministère de prédication et de miracles, il s’est soumis, dans la solitude, à l’épreuve de la tentation et du jeûne (Mt 4,1s). L’Écriture nous rapporte que, délaissant la foule des disciples, il gravissait seul la montagne pour prier (Mc 6,46). Puis à l’heure où sa passion était imminente, il abandonne ses disciples, et il s’en va prier seul (Mt 26,36) : exemple qui fait saisir entre tous combien la solitude est avantageuse à la prière, puisqu’il ne veut pas prier a côté de compagnons, même des apôtres.

Il ne faut pas passer sous silence un tel mystère qui nous concerne tous. Lui, le Seigneur, le Sauveur du genre humain, offre en sa personne un vivant exemple. Seul au désert, il se donne à la prière et aux exercices de la vie intérieure — le jeûne, les veilles et les autres fruits de pénitence — surmontant ainsi les tentations de l’Adversaire par les armes de l’Esprit.

O Jésus, j’accepte qu’à l’extérieur, il n’y ait personne avec moi ; mais que ce soit pour qu’à l’intérieur je sois davantage avec toi. Malheur à l’homme seul, si tu n’es pas seul avec lui ! Et combien d’hommes demeurent dans la foule et sont vraiment seuls, parce qu’ils ne sont pas avec toi. Je voudrais, avec toi, n’être jamais seul. Car, en ce moment personne n’est avec moi, et pourtant je ne suis pas seul : je suis à moi-même une foule.

Guigues le Chartreux (1083-1136), prieur de la Grande Chartreuse

12