Archive de la catégorie ‘Année 2008 / 2009’

L’existence de Dieu [8]

Lundi 19 janvier 2009

B. Arguments des « maitres du soupçon »

Pour juger de leur validité se réferer à la partie sur le soupçon infra-rationnel…

1. Marx: la religion est l’opium du peuple
 - Il condamne le sentiment religieux de dépendance.
 - Selon lui, la religion sert à maintenir, à travers les prêches de renonciation à la nature,  le sentiment  de résignation devant la tâche de l’homme par rapport à cette nature et par raport à sa propre nature.

2. Freud : La religion exprime un besoin de protection
 - « L’angoisse humaine en face des dangers de la vie s’appaise à la pensée bienveillante de la providence divine. » (Freud, L‘avenir d’une illusion)

3. Nietzsche : Le paradis est une invention des faibles
 -  Invention basé sur le ressentiment. « Les derniers seront les premiers : ces faibles eux aussi veulent être un jour les plus forts, point de doute, un jour leur “royaume” aussi doit venir » (Nietzsche, La généalogie de la morale)

L’existence de Dieu [7]

Vendredi 16 janvier 2009

 

2. Si Dieu existe, pourquoi le mal ? 
 

L’objection de celui qui est choqué, parfois viscéralement, par le scandale du mal ne peut être écartée d’un revers de manche. Cette question suppose chez celui qui la pose  la notion d’un Dieu qui n’est pas qu’une cause impersonnelle abstraite et absolue (le « dieu des philosophes ») mais un Dieu à la fois tout-puissant, bon en soi et aussi bon « pour » l’homme. Un Dieu qui correspond au Dieu Amour de la foi chrétienne. 
 

La pertinence de cette question et la direction que prend sa réponse sont évoqués par le pape Jean-Paul II, dans un message adressé à l’Académie pontificale Saint-Thomas-d’Aquin (21 juin 2002) : “En suivant Augustin, (Thomas d’Aquin) se demande: « Unde malum, unde hoc monstrum? » (« D’où vient le mal, d’où vient ce monstre ? »). Dans le célèbre article de la Summa Theologiae sur les cinq voies par lesquelles l’intelligence humaine arrive à l’existence de Dieu, il reconnaît que la réalité du mal dans le monde est un grand obstacle sur ce chemin (cf. q. I, 2, ob. 3). Beaucoup de nos contemporains se demandent: Pourquoi donc, si Dieu existe, permet-il le mal? Il faut alors faire comprendre que le mal est une privation du bien dû, et que le péché est une aversion de l’homme pour Dieu, source de tout bien. “ (C’est entre autre une question de liberté/permission…)
 

Mais cette question n’est pas que froidement rationnelle et sa réponse dépasse également la seule démonstration rationnelle de la preuve de la seule existence de Dieu. La réponse à ce « monstrum » est un mystère : celui de la Croix . Dieu se fait homme, victime innocente qui porte le péché du monde et qui vainc la mort. La réponse est donnée par la foi.

L’existence de Dieu [6]

Mercredi 14 janvier 2009

II/ Quels sont les arguments qui semblent s’y opposer ?

A. Arguments communs

1. Dieu au-delà de l’expérience


 L’argument le plus commun est tout simplement que personne n’a jamais vu Dieu (les miracles sont un autre débat !). On peut vivre une expérience de foi intense, mais voire Dieu…
Kant reprend d’une certaine manière cette idée. Pour lui en tout cas, Dieu n’est qu’un postulat de la raison pratique. En ce qui concerne la raison théorique, on ne peut faire intervenir Dieu car il n’est pas démontrable au sens de l’expérience qui est un pré-requis pour la preuve. Kant dit qu’il y a une idée de Dieu mais pas de concept: je peux penser à Dieu mais pas le connaitre vraiment (pas par la loi naturelle en tout cas).
 Mais il n’existe pas non plus de preuve rationnelle de l’inexistence de Dieu. L’argument de celui qui n’affirme croire que ce qu’il voit résiste mal à un examen critique, s’il est sincère.
Dieu donc est au-delà de l’expérience et en cela ce n’est pas par elle que l’on peut montrer soit son existence soit sa non-existence.

L’existence de Dieu [5]

Mardi 13 janvier 2009

D. Des preuves scientifiques ?
 

Peut-on réellement parvenir à une preuve scientifique ? Non, car pour cela, il faudrait parvenir à une « connaissance certaine par les causes ». Cela est bien sûr impossible, car Dieu est le seul être incréé, cause de Lui-même. Il y a cependant une autre façon d’obtenir une vérité, certes moins parfaite, mais tout aussi valide. Il s’agit d’une connaissance par l’effet. Cette démonstration ne peut pas parvenir à nous dire pourquoi la conclusion est vraie, mais elle peut néanmoins affirmer avec certitude qu’elle est vraie. [Pour comprendre la difficulté d'une vrai preuve: se reporter au IV]

L’existence de Dieu [4]

Lundi 12 janvier 2009

C’est à travers le créé que l’on contemple le Créateur.  (Sg 13, 5)


Saint Paul aussi affirme « Depuis la Création du monde, nous pouvons contempler ses perfections invisibles avec notre intelligence dans les oeuvres qu’il a accompli, comme son éternelle puissance et divinité. » Rm 1.20

[On pourra se reporter à l’oeuvre du Ier concile du Vatican qui porte en partie sur les rapports entre la foi et la raison. Dans sa constitution dogmatique « Dei Filius » (session du 27 avril 1870), le Concile affirme la possibilité de connaître l’existence de Dieu « à partir des choses créées » :
« La Sainte Église, notre mère, tient et enseigne que Dieu, principe et fin de toutes choses, peut être connu (cognosci posse) avec certitude, par la lumière naturelle de la raison humaine (naturali humanae rationis lumine) à partir des choses créées, car depuis la création du monde, ses perfections invisibles se laissent voir à l’intelligence, par ses œuvres (Rm 1, 20) ; que néanmoins il a plu à la sagesse et à la bonté de Dieu, d’une autre manière, de révéler au genre humain, lui-même et les éternels décrets de sa volonté et cela par une voie surnaturelle. »
]

L’existence de Dieu [3]

Dimanche 11 janvier 2009

C. Preuves raisonnables ?
 

L’Église catholique affirme qu’avec la seule lumière de la raison (en considérant le monde créé et la personne humaine), l’homme peut avec certitude connaître Dieu comme origine et fin de l’univers, comme souverain bien et comme vérité et beauté infinie. (CEC). 

Ce n’est pas une question de foi, d’ordre surnaturel, c’est une question d’ordre naturel, qui fait appel à notre raison: il est possible d’atteindre Dieu par l’ordre naturel.
 

La Sainte Ecriture dit: « Oui, foncièrement vains sont tous les hommes qui ont ignoré Dieu et qui, par les biens visibles, n’ont pas été capables de connaître Celui-qui-est et n’ont pas reconnu l’artisan en considérant ses oeuvres » (Sag, XIII)

L’existence de Dieu [2]

Samedi 10 janvier 2009

B. Ce n’est pas avoir la foi !
 

Une différence à mettre en relief maintennt : celle entre la foi et la “démonstration de l’existence de Dieu”. La foi révélée apporte une certitude totale (mais sans évidence) que les preuves rationnelles n’offrent pas. En plus, la foi, qui est une grâce (don gratuit de Dieu), crée un lien religieux.
 

La foi « en » Dieu est donc bien plus que la seule croyance en l’existence de Dieu et elle n’est pas fondée sur les preuves rationnelles de l’existence de Dieu.

 

L’existence de Dieu [1]

Vendredi 9 janvier 2009

Voici le thème de réflexion que nous vous proposons pour ce mois de janvier.

Le topo est coupé en petits bouts volontairement courts afin de vous permettre d’en lire rapidement les quelques phrases du jour ; et de les méditer en allant au travail, au lycée, en voiture ou dans le métro…

Ça peut être aussi un appui pour votre moment lumière !

flamme1.jpg

 .

.

L’existence de Dieu.

 

Dans sa dernière Encyclique Fides et Ratio, la Pape Jean-Paul II exhortait les philosophes à ne pas succomber au pessimisme ambiant : « C’est Dieu qui a mis au cœur de l’homme le désir de connaître la vérité et, au terme, de Le connaître lui-même afin que, Le connaissant et L’aimant, il puisse atteindre la pleine vérité sur lui-même »

 

I/ Peut-on prouver l’ « existence » de Dieu :

A. L’existence ?
 

On peut poser un préalable: La notion d’existence, appliquée à Dieu, est-elle pertinente? Exister vient du latin ex-sistere qui signifie « sortir de ». Au sens étymologique du mot, on peut dire que tous les objets et constituants de l’Univers existent, car ils ont tous une origine. Dieu,lui, n’a pas d’origine, et donc, à proprement parler,Il n’existe pas. Il est, tout simplement. Il est même le seul être. Tous les autres sont des « étants », car ils tiennent leur être d’un autre être. Parler de l’existence de Dieu peut être source de confusion car c’est le mettre au même niveau que ses créatures.
 Néanmoins par souci de commodité nous continuerons à utiliser le terme d’”existence” pour Dieu.

La vie d’Oraison [11] – fin

Mardi 30 décembre 2008

7- le réalisme.


Thérèse nous enseigne une oraison enracinée dans la vie concrète. Il faut se disposer à la rencontre de Dieu au cœur de la vie.

La vie d’Oraison [10]

Lundi 29 décembre 2008

 

6- Dimension ecclésiale.

Sainte Thérèse d’Avila a fait l’expérience de l’Eglise. Et face à la déchirure de l’Eglise, son esprit ne pouvait pas trouver le repos. Elle a donc servi l’Eglise avec les moyens qui étaient à sa disposition : l’oraison, l’amitié avec le Christ. Faire oraison pour elle signifiait : soutenir l’Eglise en péril.

1...34567...9