Archive de la catégorie ‘Année 2008 / 2009’

La vie d’Oraison [9]

Lundi 22 décembre 2008

5- Des temps forts.p1020586.jpg

Le temps qu’on consacre à l’oraison joue un rôle important mais il ne doit pas non plus nous empêcher de faire notre devoir d’état.

Cet exercice d’amour demande du temps. Chacun devra revoir le rythme propre de ses journées, des semaines, … afin d’y restaurer les priorités, la hiérarchie des valeurs.

La vie d’Oraison [8]

Samedi 20 décembre 2008

4- En route vers une plénitude.

L’oraison thérésienne porte en soi une dynamique vers la plénitude de l’amour. Elle est relation d’amour et l’amour est toujours en progrès. On ne parvient pas à l’union à Dieu sans s’y engager à 100% !

La vie d’Oraison [7]

Vendredi 19 décembre 2008

3 – La liberté de l’amour.

En matière d’amour, il n’y a pas de chemin tout tracé. Nous devons faire ce qui nous incite à aimer davantage. Nous pouvons par exemple prendre un livre, sans pour autant l’utiliser tout le temps de l’oraison. Le livre spirituel est un compagnon fidèle.

On peut aussi s’aider d’une image, d’une icône et la contempler.

A certaines heures, nous nous sentons portées à la supplication, aux intentions qui nous viennent de notre entourage. Et à d’autres moments l’action de grâce remplit notre cœur.

En progressant dans l’oraison, le décentrement de soi-même va toujours croissant.

La vie d’Oraison [6]

Jeudi 18 décembre 2008

2 – Une amitié réciproque.


L’amour de Dieu fait appel à mon amour. Au plus profond de moi-même je dois libérer cette capacité d’amour que Dieu y a caché comme un trésor.

Sainte Faustine

« L’essentiel n’est pas de penser mais d’aimer beaucoup. »

Sainte Thérèse d’Avila.    

La vie d’Oraison [5]

Mardi 16 décembre 2008

1 – Dieu nous aime

Saint Jean de la Croix disait : « Lui nous a aimés le premier. Il nous enveloppe de son regard amoureux. Il nous visite par son amour. Il marque nos cœurs du sceau de son amour. Il nous fait entendre la voix de son amour. Le soleil de son amour nous illumine et nous réchauffe. Rappelons nous le récit du jeune homme riche (marc ch10, 17-27) : « Jésus fixa sur lui son regard et l’aimas. » Bien sur ce regard d’amour invite à quelque chose de décisif : « va, vend ce que tu as, donne le au pauvres, et tu auras un trésor au ciel, puis vient sui moi. » »

Je me tiens donc en état de réceptivité. Je me laisse aimer par l’amour miséricordieux du Seigneur, et mon oraison devient une hymne de louange à la miséricorde divine.

La vie d’Oraison [4]

Lundi 15 décembre 2008

Au fond, quel est le message de Thérèse de Jésus ?

« Priez, c’est laisser parler son cœur à Dieu. Le cœur s’élance vers Dieu, sur les ailes du désir, soutenu par l’amour. »

L’oraison est une école d’amour. Avec l’oraison, Thérèse travaille avec ardeur pour l’Eglise. Elle anime l’oraison d’un souffle apostolique : l’apostolat de la prière. Toute cette vie de prière, au service de l’Eglise, respire chez Thérèse l’équilibre et l’harmonie. Il s’agit seulement de mettre de l’amour dans les petites choses de la vie quotidienne.

Un amour pour Dieu qui s’exprime spontanément dans une charité fraternelle marqué d’un grand respect pour la personne de l’autre, aussi bien pour ses possibilités que pour ses limites ou lacunes. Son courrier témoigne d’une délicatesse, d’un intérêt, d’une attention pour l’autre. L’oraison a été pour Thérèse la grande découverte de sa vie. Elle y voyait un moyen excellent pour Dieu de se communiquer à l’Ame.

 « Selon moi, en effet, l’oraison mentale n’est pas autre chose qu’une amitié intime, un entretien fréquent, seul a seul, avec celui dont nous nous savons aimés. »

Quelle sont les caractéristiques de l’oraison Chrétienne ?

Epitre aux Romains [5]

Dimanche 14 décembre 2008

Chapitre 3 (suite et fin)

 

La relation entre la loi et la foi est définie par celui qui a connu le règne de la loi pure et qui maintenant, dans le Christ Jésus, voit que la Justice de Dieu va plus loin qu’une simple obéissance à la loi.

En effet, nul homme ne sera justifié devant lui par les oeuvres de la Loi, car une loi ne fait que donner la connaissance du péché. Mais maintenant, sans la Loi, a été manifestée une justice de Dieu à laquelle rendent témoignage la Loi et les Prophètes,  justice de Dieu par la foi en Jésus-Christ pour tous ceux et à tous ceux qui croient; il n’y a point de distinction,  car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu;  et ils sont justifiés gratuitement par sa grâce, par le moyen de la rédemption qui est en Jésus-Christ.  C’est lui que Dieu a donné comme victime propitiatoire par son sang moyennant la foi, afin de manifester sa justice, ayant, au temps de sa patience, laissé impunis les péchés précédents,   afin, dis-je, de manifester sa justice dans le temps présent, de manière à être reconnu juste et justifiant celui qui croit [en Jésus-Christ]. Où est donc la jactance? Elle est exclue. Par quelle loi? Par la loi des oeuvres? Non, pas par la loi de la foi.  Car nous tenons pour certain que l’homme est justifié par la foi, à l’exclusion des oeuvres de la Loi.  Ou bien Dieu n’est-il que le Dieu des Juifs? et n’est-il pas aussi le Dieu des Gentils? Oui, il est aussi le Dieu des Gentils,  puisqu’il y a un seul Dieu qui justifiera les circoncis par principe de foi et les incirconcis par la foi.  Détruisons-nous donc la Loi par la foi? Loin de là! Nous la confirmons au contraire.

La vie d’oraison [3]

Samedi 13 décembre 2008

Celui qui aime Dieu est heureux de passer du temps un moment avec lui, comme une amoureuse aime passer un moment avec celui qu’elle aime, même si elle ne parle pas, même si ça ne dure pas, même si on n’a rien à se demander : c’est pour le plaisir !

La pièce principale de la maison paternelle de Teresa de Cepeda y Ahumada, à Avila, était ornée d’un grand tableau représentant la Samaritaine.
Térèse à pu y lire plusieurs foi par jours l’inscription au bas du tableau : « Domine da mihi hanc aquam » (Seigneur donne moi cette eau). L’eau vive est devenue pour Thérèse le symbole par excellence de l’union avec Dieu. Thérèse s’est abreuvée abondamment a cette source, à l’amitié du christ, de façon qu’elle-même  est devenue comme Jésus Christ l’avait promis à la samaritaine, une « source d’eau jaillissant en vie éternelle ».

jsussamaritaine.jpg

            Tableau de la cathédrale de Rouen, représentant Jésus et la Samaritaine

 

Aujourd’hui encore son message reste particulièrement actuel.

Plus que jamais les gens sont à la recherche du spirituel.

Malheureusement souvent ils poursuivent leur recherche à coté de la mystique chrétienne.

La vie d’oraison [2]

Vendredi 12 décembre 2008

 

Mais, comment réaliser ces grands projets, dans une société puissante à forger des mentalités, à manipuler les foules ? Les jeunes, même les plus décidés, risquent de baisser les bras  devant l’immensité de la tâche.

Pour s’épanouir et survivre dans les difficultés de notre temps, la foi doit s’établir sur cette relation d’amitié et d’amour avec Dieu qu’est la prière. Autrement dit, plus vous voulez en faire, plus vous devez vous plonger dans ce qui vous donnera l’impression de ne rien faire : l’oraison ! Plus vous voulez agir, plus vous devez vous plonger en Dieu. Plus vous êtes pressés, plus il est urgent de prendre du temps avec le Seigneur.

La prière nourrit cette relation au quotidien et l’affermit dans le temps. Mais comment faire oraison ?
En 1970, Paul VI a proclamé Sainte Thérèse d’Avila docteur de l’Eglise. Et ce titre de docteur de l’Eglise lui a été attribué qu’en raison de son enseignement magistral sur l’oraison et la vie spirituelle.
Elle est un maître et un guide sûr capable d’éclairer tous ceux qui s’efforcent  d’intensifier leur relation avec Dieu par la voie d’une vie intérieure authentique.

Dans ses écrits comme à travers toute sa vie, elle témoigne de notre vocation commune à vivre une relation personnelle avec Dieu, dont l’amour prévenant nous invite à l’aimer en retour.

Faire oraison n’est donc pas une spécialité de carmélites !

L’oraison, c’est tout simplement passer du temps gratuitement avec Dieu.

La vie d’oraison [1]

Jeudi 11 décembre 2008

Voici notre nouveau topo et nos réflexions pour le mois de décembre:   

- La vie d’oraison -

Nouer une relation profonde et durable avec Dieu, n’est-ce-pas là le désir de beaucoup de nos contemporains ?

A la dernière page de son dernier carnet, Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus demande à Jésus de l’attirer dans son amour, comme la limaille de fer est attirée par l’aimant. Puis, méditant l’évangile de Marthe et Marie, elle admire Marie aux pieds du Seigneur qui « écoute sa parole douce et enflammée. »

Thérèse note : « (Cela) tous les saints l’ont compris et peut-être plus particulièrement ceux qui remplirent l’univers de l’illumination de la doctrine évangélique. N’est-ce-pas dans l’oraison que les saints Paul, Augustin, Jean de la Croix, Thomas d’Aquin, François, Dominique et tant d’autres illustres amis de Dieu ont puisé cette science divine qui ravit les plus grands génies ? »

C’est la prière qui leur a permis de faire de grandes choses.
« Le Tout-Puissant  a donné pour point d’appui : LUI-MÊME ET LUI SEUL. Pour levier : l’oraison (qui embrase d’amour) ; et c’est ainsi qu’ils ont soulevé le monde. C’est ainsi que les saints encore militants le soulèvent et que jusqu’à la fin du monde les saints à venir le soulèveront aussi. »

Jusqu’à son dernier souffle, Sainte Thérèse aussi à rêvé de soulever le monde. N’est-ce pas le rêve de la jeunesse de changer le monde ?

Nous devons être de ces jeunes qui veulent changer le monde !

1...456789