Archive de la catégorie ‘Mère Térésa’

Petite citation à méditer [26]

Samedi 27 juin 2009

Donne tes mains pour servir et ton coeur pour aimer. 

Mère Térésa.

Petite citation à méditer [25]

Dimanche 21 juin 2009

On ne fait pas de grandes choses, mais seulement des petites avec un amour immense. 

Mère Térésa.

Petite citation à méditer [24]

Mercredi 17 juin 2009

De bonnes paroles peuvent être brèves et faciles à dire mais leur écho est véritablement éternel.

Mère Térésa

petite citation à méditer [23]

Mercredi 27 mai 2009

De bonnes paroles peuvent être brèves et faciles à dire mais leur écho est véritablement éternel.

Mère Térésa

Petite citation à méditer [21]

Dimanche 17 mai 2009

untitled.bmp 

« Ne vous imaginez pas que l’Amour, pour être vrai, doit être extraordinaire ».   


Mère Térésa

Petite citation à méditer [14]

Jeudi 5 mars 2009

untitled.bmp 

« De bonnes paroles peuvent être brèves et faciles à dire mais leur écho est véritablement éternel »

 

Mère Térésa
 
 

Testament spirituel de Mère Térésa

Lundi 16 février 2009

Testament spirituel de Mère Térésa  

J’AI SOIF DE TOI

.

mereteresa.jpg

« Voici que je me tiens à la porte et que je frappe. »

C’est vrai ! Je me tiens à la porte de ton cœur, jour et nuit.

Même quand tu ne m’écoute pas, même quand tu doute que ce puisse être moi, c’est moi qui suis là.

J’attends le moindre petit signe de réponse de ta part, le plus léger murmure d’invitation, qui me permettra d’entrer en toi.

Je veux que tu saches que chaque fois que tu m’inviteras, je vais réellement venir.

Je serai toujours là, sans faute.

Silencieux et invisible, je viens, mais avec l’infini pouvoir de mon amour.

Je viens, apportant tous les dons de l’Esprit- Saint.

Je viens avec ma miséricorde, avec mon désir de te pardonner, de te guérir, avec tout l’amour que j’ai pour toi ; un amour au-delà de toute compréhension, un amour où chaque battement du cœur est celui que j’ai reçu du Père même.

Comme le Père m’a aimé, moi aussi je vous ai aimés.

Je viens, assoiffé de te consoler, de te donner ma force, de te relever, de t’unir à moi, dans toutes mes blessures.

Je vais t’apporter ma lumière.

Je viens écarter les ténèbres et tous les doutes de ton cœur.

Je viens avec mon pouvoir capable de te porter toi-même et de porter tous tes fardeaux.

Je viens avec ma grâce pour toucher ton cœur et transformer ta vie.

Je viens avec ma paix, qui va apporter le calme et la sérénité à ton âme.

Je te connais de part en part.

Je connais tout de toi.

Même les cheveux de ta tête, je les ai tous comptés.

Rien de ta vie n’est sans importance à mes yeux.

Je t’ai suivi à travers toutes ces années et je t’ai toujours aimé, même lorsque tu étais sur les chemins de traverse.

Je connais chacun de tes problèmes.

Je connais tes besoins et tes soucis.

Oui, je connais – je connais tous tes péchés, mais je te le redis une fois encore : Je t’aime, non pas pour ce que tu as fait, non pas pour ce que tu n’as pas fait.

Je t’aime pour toi-même, pour ta beauté et la dignité que mon Père t’a données en te créant à son image et à sa ressemblance.

C’est une dignité que tu as peut-être souvent oubliée, une beauté que tu as souvent ternie par le péché, mais je t’aime tel que tu es.

J’ai versé mon sang pour te ramener à Dieu.

Si seulement, tu me le demandais avec foi, ma grâce viendrait te toucher et combler tous tes besoins.

Je vais te donner la force pour te libérer toi-même du péché et de tous les pouvoirs destructeurs de ta vie.

Je connais ce qu’il y a dans ton cœur.

Je connais ta solitude.

Je connais les blessures de ton cœur, les rejets que tu as du subir, les jugements et les humiliations.

Tout cela, je l’ai porté avant toi, afin de pouvoir te partager ma force et ma victoire.

Je connais tout spécialement ton besoin d’être aimé.

Je connais combien tu as soif d’être aimé et d’être chéri et combien tu as cherché en vain d’assouvir cette soif, dans un amour égoïste, accourant pour remplir le vide de ton cœur dans les plaisirs qui passent – avec un vide encore plus grand ; celui du péché.

Est-ce que tu as soif ?

Venez à moi, vous tous qui avez soif, je vais vous combler.

Est-ce que tu as soif d’être aimé ?

Je t’aimerai plus que tout ce que tu peux imaginer.

Je t’ai aimé jusqu’à ce point de mourir sur la Croix pour toi.

J’ai soif de toi.

Moi aussi, j’ai soif de toi.

C’est la seule manière avec laquelle je pourrai décrire mon amour pour toi.

J’ai soif de toi.

J’ai soif de ton amour.

J’ai soif d’être aimé par toi.

Cela te dit combien tu es précieux à mes yeux.

J’ai soif de toi.

Viens à moi.

Je vais remplir ton cœur.

Je vais soigner tes blessures.

Je vais faire de toi une nouvelle créature.

Je vais te donner la paix, au cœur même de toutes tes épreuves.

Mais j’ai soif de toi.

Ne doute jamais de ma miséricorde, du fait que je t’accepte sans cesse, de mon désir de te pardonner, de ma soif ardente de bénir, de vivre en toi ma propre vie.

J’ai soif de toi !

Si tu te crois sans importance aux yeux du monde, cela ne m’importe pas du tout.

Pour moi, il n’y a qu’une chose qui importe ; il n’y a rien de plus important dans le monde entier que toi.

J’ai soif de toi !

Peu importe tes errements.

Peu importe combien tu m’as oublié.

Peu importe toutes les croix que tu as dû porter toute ta vie.

Il n’y a qu’une seule chose dont je veux que tu te souviennes tout le temps, une seule chose qui ne changera jamais : J’ai soif de toi, tel que tu es.

Tu n’as pas besoin de changer pour croire en mon amour qui va te changer.

Tu m’as oublié, et maintenant je te cherche à chaque instant de ta vie, me tenant debout, à la porte de ton cœur et frappant.

Tu pense que c’est dur à croire ?

Alors, regarde vers la Croix, regarde vers mon Cœur transpercé pour toi.

Regarde vers mon Eucharistie.

Tu n’as pas compris ma Croix ?

Alors, écoute encore une fois ce que j’ai dit sur la Croix : J’ai soif !

Oui, j’ai soif de toi.

J’ai soif de toi.

J’ai cherché quelqu’un pour combler mon amour et je n’ai trouvé personne.

Sois celui-ci. J’ai soif de toi, de ton amour.

 

Mère Teresa, Testament spirituel

Ne rien faire d’extraordinaire, tout faire extraordinairement bien

Mercredi 11 février 2009

NE RIEN FAIRE D’EXTRAORDINAIRE TOUT FAIRE EXTRAORDINAIREMENT BIEN

.

colombe.bmp

.

Quand le Christ viendra nous juger, quel sera le critère du jugement ?


La parabole du jugement dernier répond : l’amour concret et personnel pour la personne humaine. L’amour chrétien est « l’impossible possibilité » de voir le Christ dans un homme sans tenir compte de son identité ou de sa qualité. C’est ce que Dieu dans Son plan mystérieux et éternel a décidé d’apporter dans ma vie… pas comme une occasion pour moi d’accomplir une « bonne action », mais comme le commencement d’une éternelle amitié avec Lui… L’amour est la merveilleuse découverte de ce qui chez l’autre vient de Dieu.

Tournons-nous vers la Vierge Marie. Elle a enseigné à Jésus commet prier, comment lire, comment tout faire. Elle nous enseigne aussi comment aimer et comment avoir le courage de partager, le partage étant le plus grand signe d’amour.
Nous ne pouvons partager que si nos vies sont pleines de l’amour de Dieu et de nos cœurs purs.

Ne cherchez pas des actes spectaculaires, ce qui importe c’est le don de vous-même, c’est le degré d’amour que vous mettez en chacun de vos gestes.

Ce qui plaît à Dieu, ce n’est pas l’importance ou le nombre de nos actions, mais l’intensité d’amour que vous mettez à les accomplir.

A la mort… nous ne serons pas jugés sur la somme de travail accomplis, mais sur le poids de l’amour que nous y aurons mis. Vous pouvez vous tuer à la tâche ; si elle n’est pas tissée d’amour, elle est inutile. Dieu n’a pas besoin de notre travail.

Soyez bienveillants dans vos actions. N’imaginez pas que vous êtes le seul à être capable de faire un travail efficace, un travail qui vaille la peine d’être montré. Cela vous rend dur dans votre jugement sur les autres qui n’auront pas les mêmes talents. Dieu ne vous redemandera pas ce qu’il a donné à l’autre, et non ce qu’il a donné à vous ; alors, pourquoi intervenir dans le plan de Dieu ? Faites de votre mieux et pensez que les autres font de leur mieux pour le dessein de Dieu. (…)

Ce dont nous avons besoin, c’est de continuer à aimer. Comment une lampe brûle-t-elle ? Par l’apport continuel de petites gouttes d’huile… Que sont ces gouttes d’huile dans notre lampe ? Elles sont les petites choses de la vie de tous les jours : la fidélité, la ponctualité, les petites paroles de bonté, simplement une pensée pour les autres, notre manière de faire silence, de regarder, de parler et d’agir. Voilà les véritables gouttes d’amour qui font brûler notre vie d’une aussi vive flamme.

Ne cherchez pas Jésus très loin… Il est en vous. Entretenez la lampe et vous Le verrez.
Et quand Il viendra, allez à sa rencontre avec les vierges sages, la lampe sera remplie d’huile.

Mère Teresa

La vie

Mercredi 7 janvier 2009

untitled.bmp 

La vie est une chance, saisis la.
La vie est beauté, admire la.
La vie est béatitude, savoure la.

La vie est un rêve, fais en une réalité.
La vie est un défi, fais lui face.
La vie est un devoir, accomplis le.
La vie est un jeu, joue le.
La vie est précieuse, prends en soin.
La vie est une richesse, conserve la.

La vie est amour, jouis en.
La vie est mystère, perce le.
La vie est promesse, remplis la.
La vie est tristesse, surmonte la.
La vie est un hymne, chante le.
La vie est un combat, accepte le.
La vie est une tragédie, prends la à bras le corps.
La vie est une aventure, ose la.
La vie est bonheur, mérite le.
La vie est la vie, défends la.

M. Térésa

Mère Térésa

Mardi 6 janvier 2009

 

Une nouvelle catégorie dédiée aux textes de la sainte patronne de notre feu: Mère Térésa. 

 mereteresa.jpg

Chères GA, n’hésitez pas à nous proposer des textes qui vous ont touché, afin que nous les mettions en ligne.